Mieux vaut un nouveau parti politique mais différent de tous ceux qui existent en RDC

Date:

Partagez via:

Après avoir démontré comment le système politique qui se vit dans le pays depuis l’indépendance jusqu’à ce jour était mauvais parce qu’il était à la base du nivellement de nous tous congolais et congolaises mais en nous tirant vers le bas, en argumentant que lorsque quelqu’un veut s’émanciper, s’élever, évoluer et sortir du lot, c’est tout le monde qui se dresse contre lui en lui disant, par exemple, en lingala : « Est-ce que yo mutu wo kobongisa mboka oyo ? » Ce qui signifie en français : « Est-ce que c’est vous qui allez arranger ce pays ou le développer ?, nous estimons qu’en entendant ce genre de parole, personne au pays ne veut plus s’engager.
Tout est vu comme si ceux qui vont arranger ou développer ce pays tomberaient du ciel ou sortiraient du sol/du sous-sol. Et pourtant ceux qui doivent le faire ne sont pas des extraterrestres. Ce sont des humains comme vous et moi. De la même manière que les autres peuples ont fait pour développer leur pays, nous sommes aussi en mesure de le faire pour notre pays. Mais à la condition que nous tous puissions changer notre manière de voir les choses, de penser et d’agir. C’est un peu à l’image de ce que le Seigneur Jésus Christ a qualifié de « naître de nouveau ».
De ce qui précède, nous pouvons bien nous rendre compte que c’est vraiment le système politique qui est à la base du disfonctionnement généralisé qui se vit dans ce pays.
Etant donné qu’il s’agit là d’un problème purement politique, la solution doit aussi être politique. Voilà pourquoi nous suggérons qu’il fallait créer un nouveau système politique. Ce dernier devrait impérativement passer par la création d’un nouveau parti politique qui soit différent de tous ceux qui existent en République Démocratique du Congo.
Certains compatriotes à qui nous avons parlé de cette idée de créer un nouveau parti politique différent de tous ce qui existe dans le pays nous disent que c’est une utopie qui ne peut pas se réaliser en RDC parce que selon eux, nous ne sommes pas riches pour prétendre créer un parti dans ce pays. Par ailleurs, d’autres compatriotes nous interrogent si nous savons qu’il existe plus de 500 partis politiques en RDC. Et quand nous répondons que nous le savons, ils se demandent si nous ne sommes pas devenus fous, ou si ce n’était pas le début d’une folie lorsque nous affirmons que ce parti devait être différent de ce qui existe.
Au ceux qui pensent ou disent comme ça, nous répondons comme suit :
⦁ Ce que nous appelons « partis politiques » aujourd’hui dans ce pays ne les sont pas. Selon nous, il s’agit de boutiques créées par des personnes riches dans le but de gagner encore un plus d’argent et nous autre peuple congolais nous croyons naïvement que c’est pour conquérir le pouvoir. Comme nous ne sommes pas riches, c’est nous qui allons faire un vrai parti parce que ce parti-là ne devrait pas être un bien personnel ou familial. C’est pour tous les membres du parti qui doivent supporter cette charge en commun. Comment cela pourra se faire, acceptez que ça soit révélé qu’aux personnes y destinées.
⦁ Aussi la différence entre le parti dont il question ici et les autres existants dans le pays est très simple. Il suffit de vous assoir et d’y réfléchir un peu. Vous allez vous rendre compte qu’il s’agisse de plus de 500 ou plus de 1 000 partis politiques existants dans ce pays, toutes les décisions (sans exception) sont prises en haut par les chefs et exécutées par la base. Quelqu’un à la base qui va vouloir s’interroger sur une telle décision ou s’y opposer se verra exclu du parti. Ainsi, la peur d’être exclu du parti fera que tous les soi-disant membres ou militants ou combattants vont simplement subir, parfois en se lamentant comme si c’était obligatoire de demeurer dans ce parti. La situation est encore grave si la décision émanait de « l’autorité morale du parti ». Dans ce cas, tous les membres vont chercher à défendre même l’indéfendable. Question de se faire une conscience tranquille.
Cependant, pour le parti que nous vous proposons, il existe 2 types de décisions, à savoir : les décisions opérationnelles ou administratives du genre : acheter les fournitures de bureau, acheter les véhicules ou des avions, acheter des parcelles, etc. qui sont prises par des chefs et exécutées par la base ; tandis que les décisions stratégiques ou thématiques du genre : pour nos forêts, pour nos eaux, pour nos sols, pour nos enfants, pour nos femmes, pour nos hommes, … qui sont prises par la base et leurs exécutions par les chefs. Le chef qui refuse d’exécuter se verra aussi exclu du parti. Nous savons bien que dans ce pays, on ne parle que de l’encadrement des enfants, l’encadrement des femmes et non de l’encadrement des hommes. Pour notre parti nous allons nous intéresser à l’encadrement des hommes parce que ceux-ci sont des locomotives dans la vie. Mais, si une locomotive déraillait, qu’est ce qui est de bon que l’on peut encore attendre.
Est-ce que vous ne remarquez pas une différence entre le parti que nous proposons et les autres qui existent déjà ?
Maintenant la préoccupation est seulement de savoir « comment commencer une telle initiative pour garantir la différence sachant que les mêmes causes produisent les mêmes effets, si nous commençons comme les autres, quelle que soit notre intelligence, nous n’allons pas nous en sorti ». Alors comment le faire ne sera révélé encore qu’aux personnes destinées.
Si l’idée vous convient, veuillez prendre contact avec la rédaction de l’Info-Environnement.
A suivre.
MRE

spot_img

Poursuivez votre lecture sur les mêmes thèmes :

Le Secrétariat général à l’Edd pour la création d’un cadre de concertation intersectorielle sur la gouvernance de la biomasse énergie en RDC

Dans la perspective de créer un cadre de concertation intersectoriel sur la gouvernance du secteur de la biomasse...

Pour face au changement climatique, Guy Blanchard Okeri recommande 2 solutions

 En marge de la 1ère Conférence internationale sur l’afforestation et le reboisement (Ciar) qui a eu lieu à...

Me Félix Lilakako vante les prouesses juridiques de la RDC en matière de carbone

Me Félix Lilakako, Coordonnateur national de l’organisation non gouvernementale juristes pour l’Environnement au Congo, Jurec en sigle a...

Selon le DG Honoré Mulumba Kalala, il faut réfléchir ensemble sur des solutions idoines et importantes comme réponse à l’accélération au changement climatique

En marge de la cérémonie d’ouverture de la 1ère Conférence internationale sur l’afforestation et le reboisement qui a...